RETRAITES : POURQUOI NOUS AVONS FAIT GREVE... ET NOUS CONTINUERONS !

mardi 28 septembre 2010
par  Snes 07
popularité : 32%

Lettre ouverte des enseignants grévistes du SNES-FSU Ardèche

Des journées de grève ont déjà eu lieu depuis la rentrée et nous en sommes désolés.

Désolés de devoir perdre des jours de salaires, pour imposer une négociation qui aurait dû se dérouler avant.
Désolés de contribuer à perturber un tout petit peu une rentrée qui est déjà beaucoup perturbée par les 16 000 suppressions de postes dans l’Education Nationale et la fin de la formation des enseignants.
Désolés d’être une fois de plus obligés de nous battre pour défendre des droits acquis par nos anciens, et dont nous souhaitons que tous - nous, vous et nos enfants - continuent à bénéficier à l’avenir.

Nous sommes désolés, mais surtout déterminés à continuer à nous battre

parce que cette pseudo « réforme » est terriblement injuste et n’a pas pour véritable objectif de nous faire travailler plus longtemps, mais plutôt de baisser les pensions. Depuis 1993 (réforme Balladur), le niveau de vie des retraités est en baisse constante. En 2010, 10% des 14,5 millions de retraités perçoivent une pension inférieure au seuil de pauvreté (910 euros), contre 5 % en 1990. La baisse du pouvoir d’achat des retraités de la fonction publique est de 0,5 % par an, et celle des salariés du secteur privé de 0,9 %. C’est cela que le gouvernement veut encore aggraver en reculant l’âge légal de la retraite.

C’est pourquoi nous manifesterons à nouveau

le samedi 2 octobre

PRIVAS : 10h30 DEVANT LA PREFECTURE

ANNONAY : 10H AU CHAMP DE MARS

AUBENAS : 14H FACE AU MacDo

Une réforme indispensable du fait de la hausse de l’espérance de vie ?

Le gouvernement prétend que sa réforme est incontournable du fait des évolutions démographiques. Il ment. Il y a certes plus de retraites à payer sans qu’il y ait plus de travailleurs pour les financer. Mais ce n’est en rien en « problème », pour une raison très simple : la hausse de la productivité du travail et l’augmentation des richesses est telle qu’un travailleur actif peut aujourd’hui financer bien plus de retraités qu’en 1960. Si la logique du gouvernement était vraie, on mourrait de faim en France aujourd’hui, puisque le nombre d’agriculteurs a beaucoup diminué depuis 50 ans alors que la population augmentait. Or, on mange plus et mieux aujourd’hui qu’il y a 50 ans ! Avec la croissance économique et le progrès technologique, on peut sans aucun problème financer plus de retraites avec moins de travailleurs. Il n’y a aucune raison de se serrer la ceinture pendant que les plus riches détournent à leur profit les nouvelles créations de richesses.

Travailler plus longtemps ?

Depuis 1993, nous sommes obligés de cotiser de plus en plus longtemps, parce que nous sommes censés travailler plus longtemps. Dans la vraie vie, cela ne se passe pas comme ça : l’âge effectif de cessation d’activité augmente en réalité très peu, et reste proche de 59 ans. En Allemagne, où l’âge légal de la retraite est de 67 ans, les travailleurs, usés, cessent en réalité de travailler vers 61 ou 62 ans. Simplement, avec l’augmentation de la durée de cotisation et de l’âge légal, on part en retraite sans avoir les conditions nécessaires pour avoir un taux plein, et on touche donc des pensions beaucoup plus faibles.

Si le gouvernement ne cède toujours pas, nous serons en grève et manifesterons le mardi 12 octobre à l’appel de tous les syndicats de l’Ardèche et de la Drôme.

Merci aux collègues du collège Mezenc du Pouzin qui sont les principaux contributeurs de cette lettre.
Cette lettre est aussi téléchargeable en pièce jointe.


Documents joints

lettre ouverte

Contact

Maison des syndicats
25 avenue de la gare
07000 PRIVAS

tel : 04 75 64 51 15
Portable : 07 88 68 82 42
mél : fsu07@fsu.fr

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123